Retour aux actualités

Profiter de l'été pour arrêter de vapoter

Et si on arrêtait de vapoter pendant les vacances ? Bonne idée : les produits utilisés ne sont pas tous sans danger. 

La e.cigarette fait de plus en plus d’adeptes en France, mais on ne connaît pas encore bien les conséquences sur la santé, surtout si l’on regarde du côté des produits de vapotage. C’est pourquoi l’Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) a décidé d’examiner 30 000 d’entre eux. Résultat ? Non seulement certains sont dangereux, mais beaucoup sont non conformes car « ayant une concentration trop élevée en nicotine », relève l’agence.

L’analyse révèle surtout que, en 2020, 3,5 % des produits en question contenaient encore au moins un ingrédient Cmr (cancérogène, mutagène, reprotoxique). Sur la même période, 0,06 % étaient composés d’au moins un ingrédient interdit (vitamine, caféine, taurine).

Beaucoup trop de substances chimiques

Goût tabac mais aussi vanille ou même cacahuète, les substances chimiques présentes dans les produits de vapotage rivalisent d’originalité. Ces additifs (qui dissimulent l’âpreté de la nicotine) sont plus ou moins nombreux selon les produits. Sont présents également des sucres et édulcorants (glucose/fructose) et des acides utilisés dans les sels de nicotine.

Des risques pour la santé 

Même si le vapotage est sans doute moins nocif que la cigarette, certaines substances pourraient être dangereuses et provoquer des allergies, des irritations des voies respiratoires, de la gorge et des yeux. D’autant qu’elles recouvrent une grande diversité d’ingrédients, de mélanges, de fabricants et de pratiques de consommation.

Le « Fait maison » : à éviter

Autre élément mis en avant par l’Anses : la pratique du "Do it yourself" ou " faites-le vous-même", qui prend de l’ampleur. Un tiers des vapoteurs déclarent fabriquer exclusivement ou souvent leur e-liquide, dont plus de 60 % pour des raisons économiques. Ce qui représente un réel danger pour les vapoteurs eux-mêmes et leur entourage, les produits trouvés sur Internet n’étant pas toujours homologués.

Que dit la réglementation ?

Avec l’entrée en application le 20 mai 2016 de la directive européenne 2014/40/UE, les produits du vapotage tels que les dispositifs électroniques et les liquides à vapoter contenant de la nicotine se sont vus dotés d’un cadre règlementaire spécifique. Ce cadre limite notamment la concentration en nicotine des e-liquides à 20 mg/ml et le volume des flacons de recharge à 10 ml.

Il oblige également les fabricants et importateurs à transmettre aux autorités compétentes, préalablement à toute commercialisation sur le territoire européen, un certain nombre d’informations sur les caractéristiques, la composition et les émissions des produits. Produits de consommation à part entière, ils sont soumis à l’obligation générale de sécurité ainsi qu’à certaines exigences spécifiques (ingrédients exclus, mélanges chimiques dangereux, équipements électriques…).

Plus d'informations sur : https://www.anses.fr/fr/content/produits-du-vapotage