Ce site utilise des cookies pour son bon fonctionnement. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous en acceptez l'utilisation. Pour en savoir plus et paramétrer les traceurs X Fermer

15/05/2017
Tendinite : comment la prévenir

Causée par un effort inhabituel et soutenu, une mauvaise position, une chute ou encore un geste trop souvent répété, la tendinite se traduit par une douleur au niveau de l’articulation, même lorsque le membre est au repos. Certaines précautions permettent de prévenir cette inflammation des tendons ou, au moins, d’en diminuer les risques et la gravité.

De nombreux sportifs connaissent cette sensation de brûlure qui apparaît dans le coude, l’épaule, le genou ou le talon, mais ceux qui passent leurs journées assis devant un écran d’ordinateur peuvent aussi être concernés. Lorsque les tendons, ces attaches qui relient le muscle aux os, sont sollicités de manière intensive ou répétitive alors qu’ils n’y sont pas préparés, des douleurs, symptomatiques d’une inflammation, peuvent survenir et même devenir chroniques.

Préparer son corps

« L’hygiène de vie joue un rôle dans la survenue des tendinites », indique Jean-Philippe Ramirez, kinésithérapeute du sport à Carcassonne et membre de la Société française de traumatologie du sport (SFTS). Il insiste sur l’importance d’une bonne hydratation et conseille aux personnes ne pratiquant pas d’activité physique de boire un litre et demi d’eau par jour, et aux sportifs, deux à trois litres. Chez ces derniers, la tendinite la plus fréquente est celle du coude ; on l’appelle aussi épicondylite ou, plus couramment, « tennis-elbow ». Chez les personnes ne pratiquant pas d’activité physique, c’est l’articulation de l’épaule qui est le plus souvent touchée.
On achève généralement une séance de sport par des étirements, mais le kinésithérapeute, lui, préconise surtout de s’étirer en amont de la séance et de pratiquer plutôt « des séances d’étirements d’un quart d’heure plusieurs fois au cours de la semaine, en dehors des activités sportives », afin d’assouplir les muscles et les tendons. Il rappelle par ailleurs que « l’effort doit être progressif, car si le muscle est trop sollicité alors qu’il n’y est pas préparé, il peut lâcher, avec pour conséquence un claquage ou une déchirure. Et s’il résiste, c’est la partie tendineuse qui risque de s’enflammer ».
Beaucoup de tendinites sont causées par des gestes qui traumatisent les tendons, mais d’autres peuvent avoir pour origine des infections bucco-dentaires. « Surveiller l’hygiène bucco-dentaire est primordial, car des cellules inflammatoires présentes sur les dents peuvent migrer vers les zones tendineuses, précise Jean-Philippe Ramirez. C’est la raison pour laquelle les sportifs de haut niveau doivent passer un examen bucco-dentaire préventif, afin de vérifier qu’ils n’ont pas de caries ou autres infections susceptibles d’entraîner des pubalgies, notamment une tendinite des adducteurs. »

Atténuer la douleur et « réparer » le tendon

Lorsque la tendinite se manifeste, « le premier réflexe doit être d’appliquer de la glace sur la zone douloureuse », souligne kinésithérapeute. Si la douleur persiste au-delà de quarante-huit heures, il convient de consulter son médecin traitant. Une tendinite doit en effet être rapidement soignée pour limiter le risque de rechute.
Jean-Philippe Ramirez utilise la cryothérapie gazeuse (à base de gaz carbonique), efficace pour soulager la douleur et traiter l’inflammation. Il y associe un traitement par ondes de choc. Cette technique, adoptée à l’origine pour casser les calculs rénaux, consiste à envoyer des ondes acoustiques qui se se propagent le long des tissus mous jusqu’à atteindre la zone inflammatoire et font saigner celle-ci en créant des microlésions sur le tendon, ce qui a pour effet d’accélérer la cicatrisation et d’augmenter la vascularisation.

Sources : FNMF-Catherine Chausseray-Shutterstock