Ce site utilise des cookies pour son bon fonctionnement. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous en acceptez l'utilisation. Pour en savoir plus et paramétrer les traceurs X Fermer

13/03/2017
Circuler à vélo : les règles à connaître

Pour se rendre au travail ou pour se balader en famille, pour faire du sport ou simplement pour le plaisir, le vélo est accessible à tous. Mais, comme tous les autres véhicules, il est soumis à certaines règles : le cycliste doit être bien équipé et doit respecter le Code de la route.

Sur la route ou sur une piste cyclable, circuler à vélo est soumis à des règles mises en œuvre pour sécuriser les espaces partagés avec d’autres usagers. Et ces consignes doivent être respectées que l’on avance à la seule force des mollets ou que l’on soit aidé par une batterie électrique. En effet, un décret de mars 2016, fixant les exigences de sécurité concernant les bicyclettes, définit ce terme : « On entend par bicyclette tout produit comportant deux roues et une selle, et propulsé soit principalement par l'énergie musculaire de la personne montée sur ce véhicule, en particulier au moyen de pédales, soit de façon additionnelle avec un dispositif d'assistance électrique. »

Un équipement obligatoire

La première étape pour rouler en toute tranquillité consiste à disposer d’un vélo en bon état. Certains équipements sont obligatoires. Le vélo, qu’il soit électrique ou non, doit disposer : de deux freins, l’un à l’avant, l’autre à l’arrière ; d’un feu avant jaune ou blanc et d’un feu arrière rouge ; d’un avertisseur sonore et de dispositifs rétroréfléchissants sur les côtés et les pédales. De plus, hors agglomération, la nuit ou le jour, lorsque la visibilité est insuffisante, le cycliste et son éventuel passager ont l’obligation d’être vêtus d’un gilet rétroréfléchissant. En complément, la Sécurité routière recommande de porter un casque, d’installer un écarteur de danger, d’avoir des pneus correctement gonflés et munis de bandes latérales réfléchissantes. Elle rappelle également que les enfants de moins de 5 ans doivent être installés dans un siège adapté muni de repose-pieds et de courroies d’attache.
Il est possible, mais non obligatoire, de souscrire une assurance pour garantir les dommages que vous ou votre bicyclette pouvez subir, mais aussi ceux que vous pouvez causer (responsabilité civile). De même, nul besoin d’immatriculer son vélo, excepté dans le cas d’un deux-roues électrique dont le moteur a une puissance supérieure à 250 W et dont la vitesse dépasse 25 km/h.

Un véhicule presque comme les autres

Une fois bien équipé, le cycliste doit respecter le Code la route au même titre que les conducteurs des autres véhicules (bus, voitures, motos). Le non-respect de ces règles est sanctionné par une amende. Par exemple, l’usage du téléphone portable tenu à la main ou le refus de priorité correspondent à une amende de quatrième classe d’un montant forfaitaire de 135 euros. Sachez toutefois que les infractions commises à vélo n'entraînent pas de retrait de points sur le permis. Si l'infraction est très grave (conduite en état d'ivresse ou mise en danger d'autrui, par exemple), elle peut cependant donner lieu à une suspension du permis de conduire.

Une bonne conduite

La Sécurité routière a émis une liste de recommandations de bonne conduite à vélo. En ville, elle conseille ainsi de privilégier l’usage des bandes ou des pistes cyclables quand il y en a et de ne pas circuler sur les trottoirs, leur utilisation étant autorisée uniquement pour les enfants de moins de 8 ans. De plus, elle rappelle que les piétons sont prioritaires sur tous les véhicules, y compris les bicyclettes. Sur la chaussée, il est préférable de rouler du côté droit, à environ 1 mètre du trottoir ou des voitures en stationnement afin d’être bien visible et de ne pas se laisser surprendre par une portière qui s’ouvrirait brusquement, par exemple. Une distance de sécurité doit être respectée par rapport aux autres usagers et il est fortement déconseillé de zigzaguer entre les automobiles. Aux intersections, il convient de se placer un peu en avant des véhicules afin d’être vu et de ne jamais être hors du champ de vision du conducteur, par exemple le long d’un camion ou d’un bus. Enfin, la Sécurité routière précise que lorsque l’on roule à plusieurs, mieux vaut se positionner en file indienne ou, à défaut, à deux de front. Au-delà de dix personnes, le plus prudent est de scinder le groupe.

Sources : FNMF-Benoît Saint-Sever-Shutterstock